Les moteurs Daimler Mercedes, des étoiles au firmament :

0 Comments

Moteurs Mercedes

En 1909, Mercedes dépose la célèbre étoile à trois pointes (dessinée par Paul Daimler). Pour représenter les trois catégories que Gottlieb Daimler avait choisies pour ses moteurs : terre, mer et air, il représentera l’emblème de tous ses véhicules à partir de 1911. Les moteurs (thermiques) constituent une partie fondamentale dans la production automobile. À travers leur historique chez Mercedes, on peut mesurer l’importance de leurs conceptions et de leurs fabrications :

Les moteurs Mercedes :

Mercedes (voitures et moteurs) constitue un très grand nom de l’automobile, une entreprise fondée en 1881, mais les débuts ne se feront pas sous le nom de « Mercedes », mais de “Daimler”.

En 1886, après avoir collaboré avec les inventeurs Nikolaus Otto et Eugen Langen à l’invention des moteur à combustion interne à gaz. L’inventeur allemand Gottlieb Daimler améliore le moteur à combustion interne avec l’aide de Wilhelm Maybach. Tous les deux, ils fondent ensuite la société « Daimler-Motoren-Gesellschaft » (DMG), qui produira principalement des moteurs.

En 1893, Gottlieb fonde un nouveau laboratoire de recherche et de fabrication indépendant avec Wilhelm Maybach. Ils mettent au point avec succès, un moteur pour automobile avec un entraînement par courroie doté d’un carburateur à vaporisation. Gottlieb Daimler conçoit avec Émile Levassor(1895), son moteur Phoenix Type M, deux ou quatre cylindres, de 8 CV. Pour motoriser les modèles suivants : prototype Panhard & Levassor Type M2E (1896), puis Panhard & Levassor A1 et A2, et Daimler Phoenix (1897) Ils créent DMG qui entrera dans l’ère de l’industrie automobile avec la création de son premier camion : un PTAC d’1,5 tonne, avec moteur à l’arrière (1896).

Lapparition de “Mercedes”

En 1902, Emil Jellinek, un important concessionnaire automobile du début du XXe siècle (situé sur la Côte d’Azur), dépose et protège légalement et officiellement, la marque commerciale : « Mercedes », – en relation avec le prénom de sa fille alors âgée de 13 ans.

Il signe alors un « contrat d’exclusivité commerciale » pour les automobiles DMG, pour l’Autriche-Hongrie, la France, la Belgique et les États-Unis. Et fait légalement modifier son nom en « Emil Jellinek-Mercedes ». Il construira avec Paul Daimler et Wilhelm Maybach de Daimler-Motoren-Gesellschaft, les premiers moteurs Mercedes Simplex et les Mercedes 35 CV de course, qu’il commercialisera.

Des moteurs d’avion :

Durant la première Guerre mondiale,  Paul Daimler et Ferdinand Porsche développe une importante industrie de véhicules de guerre, et Daimler développe une importante production de moteurs d’avions de guerre de 6 et 8 cylindres, avec ses moteurs Mercedes D.I (1913), Mercedes D.II (), Mercedes D III (1914), Mercedes D.IV et Mercedes D.IVa (1917), et des avions d’entre-deux-guerres avec entre autres ses Daimler D.I (1918), Daimler L11 (1918), Daimler L14 (1918), Daimler L 15 (1919). Et les séries Daimler L 20 (1920), Daimler L21 (1925), Daimler L 26… Dans les années 1930, les subventions publiques données pour promouvoir la gloire du Reich allemand permettent à Mercedes de produire des moteurs d’avions, de chars et de sous-marin.

Moteurs diesel :

 1923, un camion Daimler à moteur Diesel fut exposé à la foire de Berlin. L’inventeur Ferdinand Porsche (1875-1951) succède en 1923 au poste de PDG de Paul Daimler, et fusionne Daimler-Mercedes-Benz avec Benz & Cie de Carl Benz en 1926. Avant de fonder Porsche à Stuttgart en 1931, puis Volkswagen en 1937.

En 1924, Daimler-Motoren-Gesellschaft (DMG), place ses intérêts en commun avec Benz & Cie. En 1926, Daimler-Motoren-Gesellschaft, Mercedes et Benz & Cie fusionnent en « Mercedes-Benz AG ».

Nomenclatures des moteurs :

1926, Mercedes-Benz commence la production de voitures de tourisme, désignées par le préfixe W (pour « Wagen »). Quelques mois après la création de la marque, Mercedes-Benz crée la voiture W01 avec l’aide de Ferdinand Porsche, en 8 exemplaires. Elles serviront de prototype pour créer une voiture de tourisme, avec les Types W02 et W03. En 1931, les camions eux, désignés par le préfixe L (pour « lastwagen », « camion » en français). Pendant la guerre, plus de 64 000 camions utilitaires sortirons des ateliers, presque exclusivement pour les forces armées.

En 1960, Daimler-Benz fonda la MTU Friedrichshafen après avoir racheté le constructeur Maybach.

Les premiers moteurs Daimler :

1885: Moteur 1 cylindre à gaz Daimler – prototype de première moto -1886 : Bateau Daimler boot Neckar (premier bateau moteur) –  Voiture Daimler Motorkutsche (prototype de première voiture à 4 roues à moteur à explosion) – 1887 : Moteur Daimler Type P V2 (premier moteur à essence) – 1888 : Ballon dirigeable Daimler (prototype de premier ballon dirigeable motorisé) -1889 : Daimler Stahlradwagen (prototype de première voiture à essence) -1890 : Panhard & Levassor Type A (première automobile de série à moteur Daimler), puis Panhard & Levassor – 1890 : Peugeot Type 2 (prototype), puis Type 3 et suivants jusqu’aux Type 14 – 1892 : Daimler Schroedter-Wagen – 1895 : L’éclair Michelin (première voiture à pneumatique) -1895 : Daimler Riemenwagen – 1896 : Daimler Motor-Lastwagen (premier camion à essence) -1897 : Daimler Riemenwagen Taxi Victoria – Daimler Phoenix 1900 : Mercedes 35 CV 1902 : Mercedes Simplex – 1910 : Mercedes Knight.

Les moteurs diesel :

Dans les années 1930, le diesel n’existait pas encore. Pourtant, le potentiel du système breveté par Rudolph Diesel en 1892 avait suscité l’intérêt de plusieurs constructeurs, dont Mercedes.

Une première expérience avec un moteur six cylindres de 3,8 litres et 80 chevaux (OM 138). Celui-ci donnera des résultats intéressants en termes de performances et de consommation en carburant, mais rencontrera aussi des problèmes de fumée et de vibrations.

Le M196, un 8 cylindres en ligne, 2,5 litres et près de 300 CV, avec cette arme Mercedes se présente en 1954 sur la ligne de départ du cinquième championnat de Formule 1. Le W196, s’avère comme une avancée pour sa structure tubulaire et ses freins intérieurs intégrés.

Le M196 atteint une puissance de 260 ch, puis, portée à 290 ch lors de développements ultérieurs, et capable de tourner à une vitesse de 8500 tr/min.

Avec le M198, arrivée de l’injection directe :

Toujours en 1954, Mercedes produira l’une des voitures les plus extraordinaires de tous les temps. la 300 SL avec sous le capot le premier moteur à injection directe éprouvée en course et proposée sur une voiture de route produite en série.

Le moteur M198 utilisait l’injection directe, pour abaisser la température dans les cylindres et contrer le risque d’allumage précoce, ce qui permettait d’augmenter le taux de compression (8,8 : 1 alors que les autres moteurs de série dépassaient à peine 7 : 1) et obtenir des performances supérieures.

En fait, la puissance était de 215 ch – puis augmentée à 225 ch – à 5800 tr/min. L’autre particularité du moteur de la 300 SL : monté avec un angle de 45°, pour favoriser une ligne de capot plus basse.

Le C111, la série des moteurs Wankel (un concept) :

  • Les premiers exemplaires étaient équipés de moteurs rotatifs à trois et quatre rotors de type Wankel à injection directe,
  • Le second d’une cylindrée de 2,4 litres et d’une puissance de 350 ch. Mais jamais monté sur une Mercedes de route

Les « gros » moteurs Mercedes :

La 450 SEL bénéficia d’un V8 atmosphérique de 6,9 litres de cylindrée, le plus gros moteur de toute la production européenne. Ce bloc à la cylindrée généreuse développait 286 CV permettant à l’auto d’atteindre 225 km/h en vitesse de pointe.

Un V12 Mercedes AMG a longtemps été « le plus gros ». Mais ce bloc s’avèrera finalement peu intéressant : trop lourd, beaucoup plus cher que le V8, pour un gain de performances finalement presque nul.

Deux types de V12 :

  • Le bloc « non AMG », que l’on retrouvait notamment sur la S600 ;
  • Le moteur AMG, présent sur toutes les version 65 AMG. D’une cylindrée de 6.0 litres et gavé par deux turbos.

Des moteurs industriels :

Le 04/03/2021 – L’annonce de la signature d’un protocole d’accord entre Daimler Trucks & Buses AG et Cummins Inc. Il préfigure le retrait de Daimler des moteurs de moyenne cylindrée, entre 6 et 10 litres. Cummins développera et produira, les moteurs pour véhicules industriels du groupe Daimler, ce qui inclut les autobus et autocars des marques Mercedes-Benz et Setra.

Les moteurs électriques :

Actuellement, les moteurs électriques utilisés par Mercedes ne se fabriquent pas par Mercedes lui-même. Mais par une filiale partagée avec l’équipementier Bosch. Cette société EM-Motive, créée en 2011. À l’époque, on s’interrogeait encore sur le devenir de la propulsion électrique. Valait-il pas mieux mutualiser les risques avec un partenaire de confiance, comme Bosch ?

Aujourd’hui, chez Mercedes, même les syndicats demandent la fabrication des moteurs électriques par Mercedes.

L’équipementier Bosch reprit alors, ses parts au constructeur auto. EM-Motive et il continuera à alimenter le fournisseur de Mercedes pour encore plusieurs années, en attendant que les prochains modèles électriques possèdent un moteur 100 % Mercedes.

Un quatre cylindres hybride :

Sur les plus compacts des modèles AMG, le V8 remplacera un quatre cylindres hybride rechargeable. Il s’agit en fait du quatre cylindres M139 qui se trouve actuellement sous le capot des A45 AMG. Un bloc qui adoptera un turbo à commande électrique, dérivé de la technologie utilisée sur la supercar AMG One. Dans les faits, un petit moteur électrique fait tourner l’arbre de la turbine à bas régime et lors des relances pour retirer le fameux « turbo lag ». Un moteur alimenté en 400V par les batteries.

Ce M139, placé longitudinalement, développera 450 CV et s’associera à un moteur électrique de 204 CV placé sur le train arrière.

Un huit cylindres hybride :

Sur les modèles plus haut de gamme, le V8 4.0 biturbo, Mercedes annonce la possibilité d’atteindre jusqu’à 815 CV grâce à l’hybridation. Pour l’occasion, la marque à l’étoile pourrait ressortir des cartons la nomenclature « 73 AMG », brièvement utilisée sur le SL.

Cette mécanique se retrouvera sur des gammes supérieures, à commencer par la berline à quatre portes AMG GT, dès cette année, à l’occasion de son restylage.

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.