Fiat son incroyable Lingotto et son partenaire Abarth

0 Comments

Lingotto usine Fiat à Turin

Fiat, acronyme de « Fabbrica Italiana Automobili Torino » (ou en français « Fabrique italienne d’automobiles de Turin »), représente un constructeur automobile italien, basé dans le Lingotto à Turin. Aujourd’hui filiale du groupe automobile Stellantis.

Fiat, fondée le 11 juillet 1899 au Palazzo Bricherasio par trente actionnaires, dont Giovanni Agnelli. Le constructeur a multiplié sa production par huit en cinq ans lors des années magiques de l’automobile italienne. Devenant à elle seule le symbole du « miracle économique italien ». Au début, l’idée d’Agnelli était de produire rapidement des voitures « populaires », utilisables par le plus grand nombre. Il réussit à persuader un groupe de financiers turinois des perspectives intéressantes de la production automobile de ce type.

La 4 HP  représentera  la première automobile construite par Fiat Auto. La voiture consommait 8 l de carburant aux 100 km. La boîte de vitesses à trois rapports, sans marche arrière. Huit automobiles de ce type seront produites la première année. Fiat adopte une stratégie de croissance axée sur la mondialisation et conquiert des parts importantes sur des marchés porteurs, en particulier aux États-Unis, au point de créer la Fiat Motor Corporation en 1908. Corporation en fabrication locale. Avec la construction d’une usine pour une fabrication locale.

Daniel Guérin dans son ouvrage “Fascisme : promesses et réalité” (p.26) souligne la participation financière de Fiat dans le développement et dans le renforcement des « faisceaux » de Mussolini et par conséquent, dans son ascension au pouvoir.

Organisation Fiat :

En 1916 débute donc la construction de l’usine du Lingotto, « lingot » de 500 mètres de long, à Turin. Ce bâtiment est un chef-d’œuvre dans l’application du fordisme : les pièces détachées arrivent au rez-de-chaussée et les voitures sont assemblées au fil des cinq étages, transportées par des ascenseurs, pour enfin être testées sur la piste ovale et inclinée qui occupe le toit.

Les nouveautés sont également importantes du côté de la société, avec la création de l’IFI (Institut Financier Industriel) et, en 1926, l’acquisition du quotidien La Stampa. De l’assistance sanitaire aux colonies de vacances pour les enfants des employés, les premières initiatives sociales en faveur des salariés sont mises en place.

Depuis 2010, l’’actionnaire principal Exor S.p.A d’une holding elle-même détenue à 51,2 % par la famille Agnelli, descendante du fondateur. Fiat décide : de se scinder en deux entités distinctes :

  • d’une part Fiat, les activités automobiles de l’ancien groupe ;
  • d’autre part Fiat Industrial, avec les véhicules utilitaires, machines agricoles et engins de chantier.

Fiat depuis 2014 :

  • Fiat Chrysler Automobiles, née de la fusion de Fiat et de Chrysler, qui possède les marques automobiles Fiat, Lancia, Alfa Romeo, Maserati, Abarth, les utilitaires Fiat Professional et les marques américaines Chrysler (Dodge, Jeep, RAM et Chrysler) ;
  • Activités industrielles : CNH Industrial, née de la fusion de Fiat Industrial et de CNH Global, qui regroupe les camions et autobus Iveco, Irisbus, Astra SpA, Magirus, 

Dans les années 30,

Les voitures Fiat sont construites sur licence en France, en Espagne et en Pologne et les centres d’assistance et ateliers de réparation commencent à fleurir dans différents pays.

Dans les années 50, celles du miracle économique italien, l’industrie automobile devient un des principaux moteurs de développement. En 1949, on compte une voiture pour 96 habitants. En 1963, une voiture pour onze habitants.

La décennie 60 se caractérise par une forte expansion de Fiat :

  • la production annuelle de voitures passe de 425 000 à plus de 1 700 000 ;
  • les ventes de tracteurs et d’engins de terrassement sont doublées ;
  • le nombre de camions multiplié par trois.

De nombreux modèles Fiat rencontrent le succès :

  • en 1964, apparaît la Fiat 850,
  • suivie par la 124 et la 128, consacrées « Voiture de l’année » ; la première en 1967 et la deuxième en 1970.
  • Ensuite, la 125 et la Dino coupé, dotée d’un moteur de dérivation Ferrari.
  • Les succès pour Fiat se multiplient, (le premier vol du Tornado, l’avion de chasse coproduit par Fiat Avio) ;
  • les victoires de Lancia et de Fiat au championnat du monde des rallyes et celles de Ferrari au championnat du monde de Formule 1.

Dans les années 1980 :

  • la Panda. Puis trois ans plus tard, Fiat présente la Uno qui adoptera en 1985 un moteur révolutionnaire : le « Fire 1000 ». 
  • 1988 marque la naissance de la Fiat Tipo, vainqueur de la « Voiture de l’année »,
  • suivie de la Fiat Regata et Croma, 
  • De la fameuse Lancia Delta (1979), De la Thema et la Y10, 
  • Alfa Romeo 164. De la mythique Ferrari GTO Testarossa.

La Lancia Delta Intégrale :

Delta Intégrale HF

Pour les nostalgiques, la Delta Integrale HF s’avèrera l’une des sportives les plus efficaces de son époque. Elle disposait d’un 4 cylindres 2 litres 8 soupapes en position transversale, gavé par un gros turbo, développant 182 ch. Le tout passe au sol via une vraie transmission intégrale.

La cote d’une Lancia Delta HF Integrale (ayant appartenuE à Alberto Tomba) s’envole. Un exemplaire de 1992 proposé aux enchères, lors d’une vente RM Sotheby’s, dans l’Arizona (États-Unis). Avec moins de 13.000 kilomètres au compteur, à été estimée entre 150.000 et 180.000 dollars.

Des difficultés financières :

À partir des années 1990, l’image de Fiat concernant sa fiabilité et la qualité de ses finitions, lui occasionne de plus en plus de tort face à ses clients. Les ventes baissent après 1990, où elles tombent en France de 150 000 à moins de 60 000 véhicules en 2000. De plus, par excès de facilité Fiat, maintient en vente au-delà du raisonnable :

  • la Uno vendue de manière quasi inchangée de 1983 à 1997 ;
  • la Panda de 1980 à 2003), En 2002,

Fiat Auto, grevé par un endettement de 6,6 milliards d’euros, se voit obligé de faire appel aux banques pour soulager sa trésorerie. Et souscrit à 3 milliards d’euros en prenant une garantie sur une partie du capital. Parmi les mesures prises alors, Fiat Group dépose en garantie 34 % de Ferrari auprès du groupe financier Mediobanca contre 775 millions d’euros.

Dès le début des années 2 000 :

  • Alfa Romeo propose la 147 qui, l’année suivante, sera élue « Voiture de l’année », 
  • Lancia commercialise la Thesis, une nouvelle berline de luxe ;
  • Fiat présente la Stilo.

Le 1er juillet 2010, le groupe Fiat reprend un espace d’exposition sur l’avenue des Champs-Élysées à Paris, dénommé « MotorVillage ». En 2009, Fiat prend 20 % du capital de Chrysler en échange d’accords de coopération technique et commerciale. Puis envisagea de porter sa participation à 35 %, et à 51 % dès lors que Chrysler aura remboursé ses prêts fédéraux (six milliards de dollars). Fiat acquiert 41,46 % des actions de Chrysler qu’il ne détenait pas encore pour 4,35 milliards de dollars en 2014.

Fiat et la mobilité électrique :

Après avoir lancé en 2013 en Californie la Fiat 500 électrique dotée d’une batterie de 24 kWh, le groupe FCA présente en juin 2018 un plan axé sur l’électrification, qui prévoit 9 milliards d’euros d’investissements dans les voitures électriques et hybrides d’ici à 2022.

FCA compte proposer dix modèles hybrides rechargeables dont un SUV chez Alfa Romeo et une déclinaison hybride rechargeable de la Jeep Wrangler. En Europe, le groupe compte investir plus de cinq milliards d’euros d’ici à 2021 afin d’adapter ses usines italiennes pour la construction de voitures électriques et hybrides.

Maserati a vendu en 2010 : 5 675 voitures, en hausse de 26,4 %, dont 1 964 GranCabrio, 2 259 GranTurismo et 1 452 Quattroporte, pour un chiffre d’affaires de 586 millions d’euros. Les principaux marchés de Maserati sont les États-Unis, l’Italie, le Royaume-Uni et la Chine.

Ferrari a vendu en 2010 : 6 461 voitures, avec les modèles California, 458 Italia, les séries limitées 599 GTO et SA Aperta. Ferrari a réalisé un chiffre d’affaires de 1,9 milliard d’euros.

Abarth 595 SS :

Abarth représente plutôt un préparateur automobile, Italien et indépendant. Qui a beaucoup collaboré avec Le groupe Fiat. Filiale du groupe franco-italien Stellantis. Fondé le 31 mars 1949 à Turin par  Carlo Abarth. Après la Seconde Guerre mondiale Carlo Abarth s’installera dans les faubourgs de Turin, à proximité des usines de Fiat et de Lancia, pour fonder sa société de préparation en grande série de voitures pour la course, surtout des pour modèles Fiat. Mais aussi Gordini, Porsche. Alfa Romeo, Lancia … Les plus célèbres élaborations Abarth furent les  Abarth 595 SS, 695 SS. La dernière voiture Abarth sera l’Autobianchi A112 Abarth.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.