Nissan … jusqu’à l’aventure de Carlos Ghosn

0 Comments

Nissan

Nissan Motor Company Limited représente un constructeur automobile japonais né sous le nom de Datsun. (traduit littéralement par : « le fils de DAT ». Son siège social est à Yokohama depuis 2010, lié au constructeur français Renault depuis 1999 à travers l’Alliance Renault-Nissan.

Naissance de Nissan :

Nissan, en 1911, trois investisseurs, Kenjiro Den, Rokuro Aoyama et Meitaro Takeuchi, se lancent dans la fabrication d’automobiles. Trois ans plus tard, la première automobile sort des ateliers, la DAT 91. (acronyme de Den Aoyama Takeuchi). Dérivé de l’Austin Seven ! En décembre 1933, une entreprise japonaise, Nihon Sangyo Co. (littéralement « industrie du Japon », en abrégé « Ni-San ») crée une filiale commune. La Jidosha-Seizo Ltd, pour fabriquer les Datsun, en 1934 et la rebaptise Nissan Motor Co.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la marque participe à l’effort de guerre japonais en construisant des véhicules militaires (des camions). Elle se trouve démantelée en 1945. Puis, le groupe s’internationalise. Les exportations se multiplièrent vers l’Asie et l’Amérique du Sud. A partir de 1952, la marque connut plusieurs mutations au niveau du style : anglais tout d’abord puis japonais par la suite. En 1958, Nissan-Datsun commence à exporter vers les États-Unis. Puis en 1962 vers l’Europe et voit leur réputation de « voitures économiques » renforcer leur implantation aux US. Datsun ouvre une usine à Taiwan en 1959 et une usine au Mexique en 1961. Le succès de la marque débuta seulement en 1966. Quand elle fut fusionnée avec Prince Motors qui avait pour objectif de mondialiser l’entreprise.

La 240 Z :

En 1969, la société lance la 240Z, un modèle doté d’un six cylindres en ligne de 2,4 litres et de 150 ch. C’est-à-dire la puissance d’une Porsche …  pour moins de la moitié de son prix. 1981, le constructeur prend la décision d’abandonner complètement, la marque Datsun, jugée trop anglo-saxonne, et de se concentrer sur la marque Nissan.  Plus tard, ils s’investiront dans les mini-voitures comme la Be One.

En 1989, en réaction à la création de la marque Lexus par Toyota. Nissan crée à son tour une marque de prestige pour le marché nord-américain, Infiniti. Destinée à compléter sa marque sur le segment haut de gamme et à concurrencer les produits allemands aux États-Unis.

Au bord de la faillite :

À la fin des années 1990, au bord de la faillite et criblée de dettes. En 1998, après avoir tenté un rapprochement avec quelques constructeurs sans succès (Daimler Chrysler). Le Japonais trouve le salut auprès de Renault et de Louis Schweitzer.

À partir de 1999, les voitures japonaises peuvent être construites en Europe, (la Primera, construite en France), mais plusieurs modèles n’ont été conçus uniquement que pour le Japon… Le modèle le plus populaire de la marque est la MURANO et les plus récemment construits, juste avant son alliance avec Renault, sont la 300 ZX , la Maxima , l’Infinity Q45, la Presea, la Skyline et la Léopard.

Carlos Ghosn :

Carlos Ghosn devenu PDG du groupe sous la houlette de Louis Schweitzer, entreprend le redressement de l’entreprise, avec le plan NRP, (« Nissan Revival Plan »). En pratiquant une politique drastique de réduction des coûts, notamment par la suppression de 28 000 emplois. Et en tirant parti des synergies avec son nouvel actionnaire Renault, Nissan redevient une entreprise compétitive au niveau mondial. L’Alliance avec Renault devient le quatrième groupe automobile du monde. En 2003, les dettes seront entièrement remboursées, tandis que son bénéfice net progressera de 33 %. La firme japonaise devient alors un des groupes d’automobile les plus rentables au monde, avec une marge opérationnelle de plus de 11 %.

Sur le plan de ses rémunérations en tant que PDG du groupe Renault-Nissan-Lada (hors Mitsubishi pour des raisons légales) dans son remarquable livre « Autopsie d’un désastre » Benjamin Cuq mentionne la somme astronomique de 147 877 164 € (2005 – 2018). « Il se voulait capitaine d’industrie, il n’était que Tartuffe. »

Projet Datsun low-cost de Nissan :

En 2012, on réactive la marque Datsun, avec un modèle à 3 000 €. Pour commercialiser des véhicules low cost, dans les pays émergents, en Chine, Brésil, Inde ou encore au Mexique. Il s’agissait de reproduire le succès que connaît Dacia chez son partenaire Renault.

Le premier modèle “Datsun Go” sera lancée en 2015 en Indonésie, avant de l’être en Inde Mais un crash-test montrera qu’en cas d’une collision à 64 km/h… c’était la mort quasi assurée, pour tous les passagers. (même après l’ajout d’airbags).

L’expérience Infininiti :

Épaulé par la mégalomanie de Carlos, Nissan chercha à concurrencer directement Lexus sur le marché américain dans le secteur de la qualité et du luxe des voitures allemandes …mais au “tarif d’une voiture japonaise ! “ Au début il rencontre un certain succès avec 118 000 modèles vendus en 2003 (moins de la moitié de Lexus !). Mais ce succès relatif poussera Ghosn à lancer Infiniti en Europe. Il projetait même de convertir les concessions de la nouvelle marque en : showrooms type : “hôtel de luxe” pour automobiles, En réalité cela s’est transformé en simple corners dans les concessions Nissan…avec des commerciaux mal formés et non préparés pour faire face à des clients hésitants entre BMW et Audi. Sans même envisager que Lexus avait mis près de dix ans pour se faire connaître. Résultat : seulement environ 2000 ventes en 2013. Très rapidement c’est tout Infiniti qui fut envoyé à la casse (2019).

Nissan en Compétition :

Nismo (Nissan Motorsport), la branche de sports mécaniques de Nissan, a participé entre 1984 et 1990 au Championnat du monde des voitures de sport ainsi qu’au Championnat du Japon de Sport-Prototypes. En 2015, Nissan fait son retour au Championnat du monde d’endurance en catégorie LMP1 avec la  GT-R LM Nismo.

Nouvelles voitures Nissan : 

  • Avec son nouveau Z Proto, Nissan annonce son intention de lancer une nouvelle génération de son légendaire coupé sportif (le 370Z). Un prototype au design totalement nouveau, a été présenté. Le Nissan Z Proto, doté d’une motorisation 100 % thermique via un V6 biturbo ;
  • Une supercar GT-R, plus légère grâce à l’utilisation méticuleuse de carbone sur la carrosserie, elle est dotée de nouveaux turbos issus de la version GT3 de course et de freins carbone-céramique,
  • Une Nouvelle Nissan Nismo Leaf RC ou la voiture de compétition électrique arrive sur circuit Plus de 450 000 Nissan LEAF (100 % électrique) parcourent les routes du monde … et parfois ses circuits.
  • Une supercar Nissan GT-R est depuis un demi-siècle une référence absolue en matière de performances. Pour célébrer l’histoire exceptionnelle de cette icône, Nissan commercialise en France une série ultra-limitée GT-R 50e Anniversaire et renforce encore la sportivité de la très exclusive version GT-R Nismo. 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.