De nouvelles façons de consommer la voiture :

0 Comments

Comment consommer la voiture ?

consommer de la vente à l’usage, à savoir :

Comment remplacer la possession ?

  • Remplacer la notion de possession d’un modèle unique de voiture, par l’usage successivement de véhicules différents en fonction de ses besoins ou de ses envies ;
  • Une nouvelle marque de voitures, haut de gamme Polestar, du groupe suédois Volvo propose déjà son premier modèle, la Polestar 1, disponible uniquement sur un abonnement de deux à trois ans.
  • La vente automobile ne s’orient plus produit, mais bien services ;
  • Des ménages ont déjà tendance à ne garder plus qu’un seul véhicule, de manière à pouvoir assurer les longs trajets tel un SUV, mais ceci au détriment du respect de l’environnement lorsqu’ils utilisent leurs « grosses voitures » pour leur usage quotidien, en ville. 

Consommer en LLD :

Avec les formules LLD (location longue durée) et LOA, qui sont très en vogue, l’automobiliste ne paye déjà que pour l’usage seul, mais d’un modèle déterminé, le plus souvent pour 2 à 5 ans. Cette formule usage présente aussi des inconvénients :

  • Son coût : souvent plus cher que l’achat du même véhicule. Toutefois, le faible coût des loyers et la LLD sans apport minimisent la notion de la dépense initiale ;
  • Le nombre de kilomètres autorisés durant la location. En cas d’important dépassement, la société de location applique des pénalités pouvant être très élevées ;
  • Le contrat signé doit être honoré jusqu’à la fin de la date prévue : il est très difficile, voire impossible, d’y mettre fin de manière anticipée ;
  • Des frais imprévus facturés lors de la restitution du véhicule : une éraflure sur la carrosserie, un tableau de bord abîmé ou toute trace anormale d’usure peuvent faire l’objet d’une facturation supplémentaire importante ;
  • Dans le cas de la LOA, vous retombez dans le cas d’un crédit ordinaire…mais à un taux bien supérieur à celui d’un simple crédit souscrit au moment de l’achat !

Consommer les assurances :

  • Les assurances proposées ne couvrent pas toujours certaines garanties, comme le vol ou un sinistre entraînant la destruction du véhicule ;
  • Si vous êtes un « gros rouleur » (30.000 km / an) : il vaut mieux oublier les formules de location, pour cause de dépréciation importante de la valeur résiduelle du véhicule.

Consommer en mode :

  • Des modèles collaboratifs font également prédominer l’usage sur la propriété : on partage, on loue, on revend … aussi bien pour le matériel, que pour des objets courants (vêtements, jouets, livres…). Ils vont se développer dans l’automobile.
  • Des parkings partagés (ou garages collaboratifs) : vous réservez une place à l’avance auprès d’un particulier près de chez vous ou du lieu où vous vous rendez, via une plateforme, contre une petite compensation financière. Et hop, le tour est joué ! Notre Car-Use pourrait réserver des places de parking pour nos usagers (à l’étude). Au centre de Paris, 40 % du trafic routier est dû à la recherche d’une place de stationnement.

Consommer du collaboratif :

  • La location collaborative d’une voiture, entre particuliers présente de nombreux avantages pour le consommateur tant au niveau financier, qu’écologique et social. Les coûts directs d’utilisation (essence, assurance, usure, etc.) et les frais indirects (parking, contraventions, etc.) d’un véhicule peuvent rapidement coûter très cher. Surtout lorsqu’on sait que 90 % de son usage réel est consacré au trajet du domicile vers le travail.
  • L’association atchoum.eu : offre une solution de covoiturage solidaire rural (VTC) qui permet de répondre aux besoins de mobilité de proximité dans tous les territoires ruraux en manque au quotidien de moyen de locomotion. Avec la possibilité d’intégrer dans le dispositif, voitures de particuliers en autopartage. L’accès à la plateforme est gratuit pour l’utilisateur et le conducteur est rémunéré entre 0,20 et 0,35 centimes par kilomètre selon la distance parcourue. Des mairies peuvent ainsi bénéficier d’un service clé en main de transport social. Atchoum, s’occupe de tout. La mise en place pour la marie est totalement prise en charge par ATCHOUM. (« À vos souhaits de mobilité »).

Les professionnels de l’automobile

Doivent s’adapter à cette évolution du marché. Par exemple avec : de la location court-terme de certains modèles de leur parc automobile. D’où : 3 avantages :

  • Rentabiliser leurs stocks « dormant » de modèles d’occasion ;
  • Répondre immédiatement à la demande de certains clients ;
  • Fidéliser ses clients loueurs qui peuvent ensuite, à tout moment devenir des acheteurs.

Les voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) :

Les voitures de tourisme avec chauffeur (VTC) représentent un moyen de transport de personnes, mis à disposition uniquement sur réservation, avec un conducteur, obligatoirement professionnel. Ces VTC sont les héritières des « voitures de remise », créées avec l’apparition des carrosses au XVIIe siècle.

Critères de choix d’une voiture

CRITÈRESAVANTÀ L’AVENIR
   
ModèlesGoûts personnels Marques Essence/Diesel CoûtsL’usage (multiple) Manuelle/Automatique Services complémentaires Commodité, Adaptation
MoteursPerformancesConfort Pollution Coûts de l’énergie
Choix d’achatsAvis des pros Revues spécialisées Pour 5 à 10 ansMoteurs de recherche Essais/Comparaisons Aspiration pour 1 à 3 ans Expériences clients Avis de l’entourage Rapport Coûts/Usages Disponibilités des modèles Parcours d’acquisition
AcquisitionComptant/CréditLocation longue durée Abonnements Autopartage Multi propriétés

Comment les Français pensent consommer aujourd’hui :

Les Français souhaitent ne plus dépenser « trop » d’argent pour leur voiture. Selon une enquête TNS Sofres pour le site d’AramisAuto.com, les Français motorisés sont : 58 % à avoir diminué leurs dépenses automobiles en raison de la dégradation du pouvoir d’achat ;

Ils souhaitent ne plus dépenser « trop » d’argent pour leur voiture. Selon une enquête TNS Sofres pour le site d’AramisAuto.com, les Français motorisés sont : 58 % à avoir diminué leurs dépenses automobiles en raison de la dégradation du pouvoir d’achat ;

Calculant le rapport coûts/avantages de leur véhicule, certains :

50 % ont adopté une conduite plus éco responsable qui réduit la consommation de carburant et prolonge la vie des automobiles ;

40 % ont réduit leur nombre de kilomètres parcourus ;

28 % ont opté pour la simplicité du vélo ou pour la marche à pied ;

18 % disent vouloir prendre d’avantage les transports en commun ;

Pour consommer, le prix demeure le premier critère de choix :

pour acquérir un véhicule. C’est pourquoi le low-cost est considéré par 86 % des Français comme une « solution pertinente face à la crise » Ainsi :

  • 9 % des Français se disent prêts à acheter cette catégorie de véhicules, mais qui dit voitures low-cost signifie aussi des marges plus faibles pour les marques. Alors pourquoi ne pas remplacer l’argument « faibles prix » par celui de : « plus de services offerts » ?
  • 90% des acheteurs de voiture prennent leur décision d’achat final sur Internet ;
  • Nombre de consommateurs souhaitent plus de variétés, de diversité, dans leurs achats (chaussures, Télévision, Téléphonie). À un degré bien moindre, cette tentation existe aussi pour les voitures et en particulier sur des nouveaux modèles dès leurs parution. Car près un achat d’une voiture on est souvent obligé d’attendre au moins de 3 à 5 ans pour la changer.

La voiture particulière vs les transports en commun :

Nombre de gens pensent qu’un développement des transports en commun en ville, diminuerait fortement l’usage de la voiture particulière. Cela se vérifie, mais que très partiellement. 

  • Des villes moyennes comme Montpelier, Compiègne, Issoudun, Niort Aubagne, Dunkerque… l’ont tellement pensé qu’elles ont organisé la gratuité de leurs moyens de transport urbains. Pourtant les utilisateurs « néo-accédant » de ces transports s’avèrent être d’abord des cyclistes (7%), puis des piétons (4%) et enfin des automobilistes pour seulement (2%).
  • Pourquoi si peu d’incidence sur le trafic des voitures particulières ? Tout simplement parce que cela fait déjà bien longtemps qu’on ne se sert plus se son auto, par plaisir, pour aller en ville. Mais seulement en cas d’impérieuse nécessité, ou de peur de fréquenter les moyens de transport soit par manque de commodité, soit pour des raisons d’insécurité.

Autres raisons pour consommer : Car-Use® :

  • La diminution du nombre de places de parking nécessaires aux voitures, serait en diminution et réjouirait les constructeurs immobiliers, qui pourront ainsi disposer de nouveaux terrains à construire, mais aussi les écologiques pour installer de nouveaux espaces verts.
  • En fait réguler à la baisse le trafic des voitures en ville ce n’est pas si simple, si cela marchait (de même que les nombreuses interdictions qui fleurissent partout) cela se saurait !
Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.